Origines et traditions Bamiléké

kola bamileke

Bamiléké et Bamoun sont deux ethnies les plus importantes du Cameroun et leur origine comme celle des Tikar reste encore aujourd’hui sujet à discussion. En effet une hypothèse admet que le peuple binam (du soleil couchant) serait les descendants de la 12e tribu d’Israël disparue durant l’exode entre l’Egypte et la terre promise, qui aurait alors remonté le Nil en direction du Kenya d’où il serait parti pour se retrouver dans la plaine Tikar, au Nord-Ouest du Cameroun.

Certains rites caractérisent l’ensemble des peuples issus de cette migration: Danses traditionnelles, musiques traditionnelles, diverses coutumes pratiquées à l’aide de nombreux supports parmi lesquels: le ndedieup (le jujube), le nou-kheu (vin de raphia), le tsueuh (la kola), le feunkeuk (l’arbre de paix), le tep (le tambour), le seuk-leuk (la queue de cheval), le ndzeu-ndop (le pagne traditionnel), le mbieup (les cauris).

De ce fait et à quelques variantes près, les traditions chez les Bamiléké sont identiques.


Commentaire

Origines et traditions Bamiléké — 2 commentaires

  1. La notion de religions traditionnelles africaines est une représentation de l’ensemble des religions non rattachées à l’ Ancien Testament pratiquées en Afrique subsaharienne Comme toutes les sociétés, les sociétés africaines ont des pratiques religieuses qui évoluent depuis leur début et se mélangent au gré des mouvements de population.

  2. Le concept de tradition revêt un sens différent dans le mot traditionalisme , qui représente une volonté de retour à des valeurs traditionnelles, et non de transmission d’un héritage à travers l’évolution historique. Le traditionalisme est l’opposé du progressisme . Il ne s’agit donc pas d’une notion directement liée à la définition première de la tradition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *